A la découverte du survivalisme

Qu'est ce que le survivalisme ?

Le survivalisme est un mode de vie qui se concentre sur des objectifs d’autonomie énergétique, de retraite sûre et de libération du statut d’esclave.

En quoi cela consiste-t-il ?

C’est un mode de vie LUDIQUE qui consiste à créer des outils, aménager son habitat et apprendre à survivre dans la nature sans utiliser l’état et les différents gouvernements pour s’aider.

Il s’agit toutefois avant tout d’une philosophie de la vie visant à être autosuffisant face aux ravages potentiels causés par des catastrophes naturelles ou l’effondrement du système basé sur la dette matérielle (les champs, les mines, les forêts contribuent à notre survie alors que les états et les banques ne le font qu’à travers une dette que nous devons rembourser).

Cela peut aussi être un jeu, un moyen de prendre du plaisir sans se poser de questions. Ce qui compte c’est d’avoir un objectif philosophique dans sa vie.

Pourquoi le survivalisme est-il un bon choix ?

C’est un moyen de se tirer d’affaire physiquement, émotionnellement et financièrement si jamais le système implose. Il est la solution des anarchistes, des libertariens et des objecteurs de croissance.

Comment survivre dans la nature ?

Il faut apprendre à reconnaître les plantes alimentaires, connaitre les dangers de la faune sauvage (venin des serpents notamment) mais aussi apprendre des techniques de survie et multiplier les moyens de communication (téléphone satellite, etc…).

Comment survivre en ville ?

Il faut apprendre à déménager après un tremblement de terre , une inondation ou une explosion nucléaire. Il faut aussi apprendre à créer des micro-réseaux de survies (famille, amis) et pouvoir s’organiser pour survivre.

Il y a six grands axes qui devraient être abordés :

– Penser à l’avenir. Être autonome, maîtriser un métier manuel et être capable de survivre sans l’aide du gouvernement ou des banques alimente cet objectif.

– Aménager son habitat pour y vivre et y survivre. Cela peut passer par l’acquisition d’une maison passif-aggrégée ou encore la création de mini-tours pour survivre à une inondation ou un tremblement de terre .

– Gérer les ressources . Cela peut passer par l’invention de moyen de recyclage, la diminution des déchets ou encore le tri sélectif.

– Élever les animaux pour produire de la nourriture (poules, chèvres).

– Travailler à la construction d’une serre ou apprendre à transformer des produits de la mer en nourriture.

– Développer une activité complémentaire : cela peut être un moyen de se renforcer et parfois de gagner un revenu supplémentaire.

Pourquoi devient-on survivaliste ?

Il est difficile d’obtenir une réponse claire à cette question. Certains survivalistes énumèrent les raisons qui les ont poussés à adopter ce type de vie comme étant la prescience, la peur, une préparation aux catastrophes ou encore le manque d’une approche spirituelle à la vie. Il est important de noter que tous ne partagent pas le même idéal.

Les motivations varient grandement en fonction des personnes.
Cependant, il est généralement possible de citer trois causes principales qui expliquent le développement du phénomène.

La première raison correspond à l’arrivée des terroristes et autres fanatiques violents sur les territoires occidentaux . Durant les années 70 et 80, une perte de confiance s’installe dans les pays développés. Des études montrent que plusieurs citoyens craignent des actes terroristes ou encore reconnaissent l’inutilité du gouvernement pour assurer la sécurité. Ce climat pernicieux se matérialise par des peurs qui alimentent le mouvement survivaliste.

La deuxième raison est liée à l’instabilité financière . Il suffit que l’une des grandes banques fasse faillite pour créer un énorme trou dans les finances des emprunteurs. D’autres cas surviennent lorsque des catastrophes naturelles frappent une région et forcent la population à se reloger ailleurs. Le déménagement soudain de milliers de personnes entraîne une crise économique potentielle.

Enfin, la troisième raison consiste à s’être préparé selon des principes religieux . On retrouve cette motivation dans le mouvement survivaliste américain . De nombreux survivalistes sont des adeptes de la religion chrétienne fondamentaliste. D’autres survivants sont animés par les croyances juives ou musulmanes.

La quasi-totalité des populations qui adoptent ce mode de vie estiment qu’une catastrophe de grande envergure aura lieu au cours de leur vie et qu’il est possible de s’en prémunir.

Comment devient-on survivaliste ?

Le survivalisme est fondamentalement une expérience qui s’applique à la survie, et peut être défini comme « l’utilisation de techniques, d’organisations et d’actions afin de prévenir l’incapacité à survivre ».

Il existe plusieurs formes de survivalismes : le fait que les gens anticipent que des événements catastrophiques impliqueront la destruction ou l’exclusion significative de certains groupes sociaux. Cette pensée peut être vécue à travers des idéaux politiques, religieux ou nationalistes. De plus, le survivalisme est une philosophie sociale visant à aider individuellement et collectivement les survivants d’une catastrophe majeure.

Il existe différents types de survivalistes, comme les ‘hommes des bois’ aiment souvent se faire appeler, souffrant d’une peur du système ou simplement une crainte face aux événements à venir.

Cependant, ce ne sont pas tous les survivalistes qui vivent dans la peur. Le fait de se préparer est un travail en soi, tenant une place égale à celle des études et comportant sûrement moins de stress.

Les premiers survivants réels se définissent par peur des autres ou par crainte d’événements futurs, comme la fin du pétrole. Pourtant, la plupart deviennent survivalistes car ils ont une certaine fascination pour l’aventure qu’est de s’isoler loin de tout et de faire face à des événements inattendus. Le fait d’être survivaliste nécessite donc une intention réelle, ainsi qu’une certaine connaissance des techniques individuelles et collectives.

En effet, le but n’est pas simplement de survivre, mais de survivre grâce à l’entraide. Bien souvent, le fait d’utiliser des techniques qu’on nous apprend est un acte très personnel et un processus mental non contraignant.

Le survivaliste sert même parfois de modèle pour d’autres, comme le fait de survivre quelques jours sous la neige ou de manière générale, en situation difficile.

Les premiers survivalistes ont été les amérindiens qui vivaient dans un monde rempli de dangers. Leur survie dépendait de leurs connaissances et de leurs techniques élaborées pour se nourrir, s’abriter et se protéger des animaux sauvages. Ils ont donc appris à survivre dans un environnement où la plupart des gens succomberaient rapidement.

Les premiers survivalistes modernes ont été les colons de pionniers du XVIII e siècle. Ces derniers étaient en effet entassés dans de petits bateaux et vivaient au jour le jour, travaillant très dur pour survivre. Leur survie dépendait également de leurs connaissances dans tous les domaines possibles et imaginables.

Les survivalistes d’aujourd’hui sont donc des personnes qui ressentent une forme de déclassement social et économique. Ils se sentent menacés par les changements qui s’opèrent dans le monde actuel, cherchant à préparer une « période prolongée » où il seront uniquement des personnes auto-suffisantes.

Qu'est-ce qu'un mouvement survivaliste ?

Il s’agit d’un mouvement politique selon lequel il ne faut pas attendre les autorités pour résoudre des catastrophes en agissant de manière indépendante, au nom de la survie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *